sexologue

Une approche (méta)philosophique et littéraire de la sexualité

Par Philippe Le Cavorzin, Emilie Leblong et Nathalie Dessaux

La sexualité dérange continûment les représentations que nous avonsconstruites de nous-mêmes. Cet affrontement intime transparaît tout autant chez l’homme « moderne » que chez ses prédécesseurs, qu’il soit écrivain, philosophe ou patient dans le cabinet du sexologue.

INTRODUCTION

Parce que sexologie, philosophie et littérature s’attaquent d’abord à interroger nos croyances, pour permettre peut-être l’émergence ultérieure d’une pensée, il s’offre peut-être là une riche combinatoire, où nos représentations mentales seraient interrogées à la triple
lumière des idées (au travers de la philosophie), de l’émotion (à travers la littérature) et enfin du corps (dans certaines sexothérapies). Se pourrait-il que nos représentations sexuelles soient intimement liées à nos représentations du monde, elles-mêmes manifestations d’une pensée, à son tour inscrite dans le contexte d’une époque ? Une pensée formalisée par le philosophe, exprimée par l’écrivain, « imprimée » dans les corps... Serait-il alors envisageable de construire une « méta-philosophie » de la sexualité, interrogeant les époques successives, usant pour cela de l’optique des idées, de la métaphore des mots pour enfin travailler le corps ?

L’entreprise semble difficile, ne serait-ce que parce que : « La sexualité est la question qui soit la plus occultée en philosophie. Elle y est souvent vue comme un obstacle à
la pensée, voire comme un empêchement politique. L’amour d’un individu singulier favorise en effet la particularisation, qui empêche le souci du genre humain en son
ensemble. [...] Ainsi jusqu’à une période récente aucun philosophe n’a osé parler crûment de son sexe, et ce depuis Platon. » Il est vrai que, pour aborder la singularité d’une situation ou d’un individu, l’abord conceptuel de la philosophie ne semble pas suffire. Il aurait bénéfice d’être complété d’un abord plus narratif, c’est-à-dire d’un abord plus littéraire.

Roland Barthes écrivait : « Il faut affirmer le plaisir du texte contre les indifférences de la science et le puritanisme de l’analyse idéologique ; il faut affirmer la jouissance du texte contre l’aplanissement de la littérature à son simple agrément ». La mimésis d’Aristote faisait ainsi émerger en nous, d’après sa peinture d’une action et à travers le texte, une représentation originale qui n’y était pas d’emblée contenue. Et c’est là même la source du plaisir que le texte suscite. C’està- dire que la littérature nous emmène,
et dans le plaisir par surcroît (dans la jouissance, dirait Roland Barthes), à revisiter nos représentations, à les réécrire en nous-mêmes.Pour se comprendre, faudrait-il alors
revenir aux origines de la langue : « Le feu couve sous la langue. Gaude mihi (Réjouis-moi) devint « godemiché ». Cunnus, con [...]. Sans cesse la langue souche, la langue protomaternelle est celle de l’outrage, c’est-à-dire est la langue où l’obscénité se désire le plus. La sépulture de Musa n’est jamais refermée. C’est la langue latine. Ce qui
est avant notre langue renvoie à ce qui est avant notre naissance. La couche la plus ancienne (le latin) dira la scène la plus ancienne. »

LE COMMENTAIRE DU SEXOLOGUE :

Le langage, celui-là même utilisé par les philosophes, interroge la raison, il est vecteur de la rationalité, il nourrit des concepts, des abstractions, produits de la pensée, là où le langage utilisé par les poètes et les littérateurs l’est pour créer l’émotion, éveiller des images, des sons, des sensations, comme la sexualité. Les philosophes peuvent discourir sur la sexualité, ils ne sauront jamais parler de l’émotion sexuelle : leur langage est trop abscons, il parle à la tête, alors que la sexualité parle au corps, aux sens. Comme la poésie, la littérature.

Pour lire la suite et vous abonner

L'édito de Joëlle Mignot. Numéro 24

Au crépuscule de 2014 et à l'aube de 2015...l'équipe de Sexualités Humaines » vous souhaite une bonne année !

Une fois n’étant pas coutume, en cette fin d’année, quelques messages… Tout d’abord à Daniel notre éditeur, l’homme de tous les risques, que vous rencontrez dans les congrès et qui est là, fidèle, et qui veille à vos abonnements, seules ressources de la revue.

A Nicolas, notre graphiste qui met en valeur les articles de nos auteurs et les photos que je lui propose, qui met sa patte et son grain de sel, toujours si agréablement disponible.

A Pascal, l’homme de l’ombre, notre correcteur, qui relit tous les textes avec son oeil de lynx sur la moindre virgule, toujours à l’heure pour les retours de textes et ses mots d’encouragement.

Et puis à nos rédacteurs invités, qui s’engagent dans le dossier avec rigueur et un peu de stress...

Enfin à tous nos auteurs, tous professionnels en Santé Sexuelle, qui nous aident à relever le défi de faire vivre notre revue, de faire circuler la parole des sexologues de toutes couleurs qui nourrissent nos lignes… Car notre revue est celle de la diversité, de la rigueur intellectuelle et de la compétence pratique. « Sexualités Humaines » vit grâce à vous tous… et donc… merci à nos abonnés !

Joëlle Mignot Rédactrice en chef
Psychologue et Sexologue clinicienne.
Co-directrice d'enseignement du DU de Santé Sexuelle et Droits Humains, des Diplômes Inter universitaires (DIU) de Sexologie et de Sexualité Humaine, Université Paris Diderot
USPC (Université Sorbonne Paris cité)
Rédactrice en chef de la revue « Sexualités Humaines »
Membre du Comité Exécutif de la Chaire de Santé Sexuelle et Droits Humains de l'Unesco

Pour vous abonner à la Revue