Sensorialité et sexualité en devenant père. Revue Sexualités Humaines 10. Geneviève WROBEL - Page 3


 
Le féminin dans l’homme
La question de la préférence accordée actuellement par la majorité des femmes à l’allaitement maternel, permet parfois à l’homme d’exprimer son ambivalence, voire la frustration qu’il peut sensorialiteressentir. S’il accepte le choix de sa conjointe, en s’identifiant au nourrisson qu’il imagine ravi de ce contact privilégié avec la mère, il déplore de ne pouvoir lui aussi partager ce moment d’intimité avec l’enfant. « Allaiter » son enfant, que ce soit par l’intermédiaire du biberon, n’est-il pas, de surcroît, un moyen pour l’homme de métaboliser la haine ressurgie d’un passé révolu ? Un homme raconte le plaisir qu’il prend à donner le biberon depuis que son épouse a arrêté l’allaitement. Il ajoute qu’avant la naissance de son enfant, l’envie qu’il ressentait de devenir une femme le temps d’une grossesse et le plaisir qu’il anticipait à « materner » son enfant lui apparaissaient presque déplacés, comme s’il renonçait à une part de sa virilité. Il s’est permis d’en parler, pendant nos réunions, parce qu’il sentait que d’autres pères partageaient les mêmes pensées. Mais il n’a jamais osé à en parler à l’extérieur. Maintenant qu’il donne régulièrement les soins à son enfant, il dit reconnaître une différence entre les postures, les gestes, les regards et les paroles de son épouse et les siens, entre la façon dont l’enfant réagit à l’un ou à l’autre. En somme, il « paterne » même si cette fonction convoque la part féminine en lui.
 
Conclusion
Depuis plus d’un siècle, les représentations quelque peu figées du couple parental sont bouleversées. L’une des représentations du partage de l’activité et de la passivité était la suivante : la femme, au sein du foyer, était travaillée au corps par les menstruations et par les maternités dont naissaient les enfants. Le corps de l’homme travaillait, dans la cité, pour subvenir aux besoins du corps des premiers. Les représentations attachées à la sexualité ne pouvaient se forger que sur ce modèle social. Aujourd’hui, la « paire contrastée » s’agence différemment, ce qui ne veut pas dire que la différence des sexes et des fonctions symboliques de chacun en soit obligatoirement altérée. Aux yeux de la société, le monde des sens n’est plus réservé à la femme seule. L’homme peut s’autoriser à exprimer et transmettre sa propre sensorialité. Quant à l’accès de l’enfant au monde du sens, la part de la femme y est reconnue.
Notons enfin qu’il est fort probable que la présence de l’homme en maternité, avant et pendant l’accouchement, son investissement aussi envers sa conjointe durant cette période, modifient les processus psychiques du devenant père : fantasmatique singulière, identifications variées, abaissement des défenses...
                                                              
Geneviève Wrobel - Paris
                                                     
Psychologue clinicienne – Psychanalyste

                          
Enseignante dans le DIU de Sexologie Paris 13 Bobigny

 
Bibliographie
(1) Jacqueline Rousseau-Dujardin, « Distribution des rôles », in « Le Père, Le bloc-notes de la psychanalyse » n° 13, Genève, éd. Georg, 1995.
(2) Pierre Péju, « Naissances », p. 38, Paris, Folio Gallimard, 1998.
(3) Philippe Julien, « Repérer la fonction paternelle » in « Devenir père, devenir mère. Naissance et parentalité », p. 128,Ramonville-Saint-Agne, Erès, 1999.
(4) Pierre Péju, ibid., p. 104.
(5) Julien Bigras, « L’Enfant dans le grenier. Le récit comme thérapeutique des terreurs infantiles précoces », p. 111, Saint-Amand-Montrond, Aubier-Montaigne, 1987.
(6) Bernard Fonty avec Jacques Huguenin, « Les Pères n’ont rien à faire dans la maternité », p. 199, Paris, Générales First, 2003.
(7) Sigmund Freud, « Un souvenir d’enfance de Léonard de Vinci », Gallimard.
(8) Julien Bigras, ibid., p. 173.
(9) Roland Gori, « Le Réalisme de la haine », p. 231, in « Inconscient et destin, Logos et Ananké », n° 2/3, Publication d’Espace analytique, Paris, 2000.
(10) Sigmund Freud, « De la sexualité féminine » (1931), in « Œuvres complètes XIX », Paris, PUF, 1995.

 

Pour lire la suite...