Rencontres sous le tipi. Par Pierre-André Bizien pour Revue Sexualités Humaines 12

Le Far West : méchants cow-boys, gentils Indiens, bisons sauvages, danses autour du feu… Que de prismes simplistes assiègent nos consciences dès qu’il s’agit d’évoquer les civilisations septentrionales du Nouveau Monde.
 
Œuvrons donc à contre-courant et daignons, au prix d’un dernier cliché, faire circuler le calumet de la paix… Place aux étreintes, aux caresses et à la grande question qui nous taraude : quels types de pratiques sexuelles avaient cours au sein des tribus indiennes ancestrales ?

Mouvante au fil des siècles et selon les territoires considérés, la libido du peau-rouge s’avère suffisamment caractéristique pour que nous puissions l’appréhender au singulier. Ici, valeurs traditionnelles et contrôle social se conjuguent à une incontestable permissivité charnelle.

Cette dernière frise à certains égards notre fameux concept de tolérance occidentale, et encourt par-là même le péril d’un certain travestissement. Gardons-nous de l’angélisme et n’omettons pas de considérer l’envers du tipi : entre colons blancs et Indiens d’Amérique, Abel et Caïn se confondent. Déprédations mutuelles, tractations commerciales et intérêts bien compris…

Plus d’une fois, l’agresseur européen fut soudoyé pour exterminer une tribu adverse, nettoyer un territoire convoité. Ici comme ailleurs, la déviance sexuelle occasionnait bien des rigueurs : dans certaines communautés, la femme adultère avait le bout du nez coupé.