Le vaginisme ou le langage du corps. Laure Mourichon pour Revue Sexualites Humaines 12 - Page 3


 
Une mise au travail
Pour ces patientes, c’est très rassurant de comprendre l’incidence du psychisme sur le corps, de leur donner un lieu d’écoute. Tout le travail corporel devra être développé à la maison :
-       Apprendre à se regarder de façon positive en développant son narcissisme, en regardant son vagin non plus comme un lieu sale mais en le comparant à un fruit mûr, juteux, onctueux, ou à une fleur sensuelle au pistil fier.
-       Apprendre à se toucher, en introduisant à l’aide d’un gel lubrifiant un doigt lentement pour partir à la découverte de son vagin comme un explorateur en terre inconnue.
-       Masser son périnée avec de l’huile pour le détendre.
-       Introduire des dilatateurs vaginaux en silicone, en commençant par la plus petite taille, à son rythme.
-       Sentir que la contraction du périnée ferme l’entrée du vagin et que le relâchement l’ouvre.
-       Prendre conscience que si le bassin est antéversion, la pénétration est impossible.
-       Erotiser ce creux vaginal plein de vie et en jouer. Prendre le temps de déguster, de sentir, de toucher, de savourer.

 

Pour lire la suite...