La symbolique de la peau et du toucher, par Sylvie Cady pour Sexualités Humaines - Page 3



2- A partir d’un groupe de relaxation psychosomatique relationnelle

F., 35 ans, fait partie d’un groupe de relaxation psychosomatique dans le secteur hospitalier autour du stress. Au cours du groupe, elle révèlera le lien entre sa maladie, un cancer du sein, et la problématique sexuelle liée à sa difficulté de toucher.

Dans les premières séances du groupe de relaxation, F. en reste au mouvement sans prise de parole dans la partie langage, mais elle porte une attention particulière sur l’écoute des autres. Lorsque le groupe aborde une recherche de prise de conscience corporelle autour du toucher, elle commence à s’exprimer. Elle relate que lors de son hospitalisation, elle n’a pas voulu voir un psychologue, ni un psychiatre, car elle se voyait mal discuter de son métier d’infirmière et de la difficulté autour du toucher. Elle pense que le biais de la relaxation peut lui ouvrir des portes, car elle est de plus en plus convaincue que sa maladie est psychosomatique. Elle préfère une relation en groupe plutôt qu’en individuel. Elle pense que le groupe ne crée pas une dépendance, que c’est une relation moins engageante qui lui fait moins peur.

De plus, l’avis des autres « membres » peut être un bon enseignement pour lui permettre de comprendre ce qui s’est joué en elle sur le toucher. « Je n'ai pas beaucoup d'imagination, dit-elle, mais j’ai tendance à créer d’autres difficultés très rationnelles pour masquer les vraies, c’est un moyen de m’en sortir, le groupe peut m’aider à faire la part du vrai, sans que je me trouve piégée. » (Pour lors, « piégée » renvoie à un fonctionnement autoritaire du psychothérapeute qu’elle pressent en relation individuelle. Plus tard, elle s’apercevra qu’il s’agit de la relation très conflictuelle face à sa supérieure hiérarchique.)

Lors d’une recherche du groupe autour de l’imaginaire, elle précise qu’actuellement, depuis qu’elle est confrontée à comprendre le stress du toucher, ce dernier lui pose problème. Auparavant pour s’en sortir, elle masquait ses difficultés, elle rationalisait le toucher dans le sens utilitaire professionnel technique, ce qui la détendait. Or cette manière d’utiliser le toucher ne marche plus, ce qui crée du stress. Poussée par le stress, elle est trop dans l’action, dans le mouvement, et règle ses problèmes en tension, ce qui la fatigue.

Actuellement, elle ne s’intéresse plus à l’imaginaire et elle est dans « une planète uniquement réaliste ». Le groupe remarque qu’elle aborde très peu de données personnelles. « Le groupe lui sert de point de repère », dit-elle.

A partir de ces paroles, un membre du groupe la pousse à s’exprimer sur sa vie « un peu difficile », dit-elle. « Comme d'autres ici, avec mes parents, avec mon père sans affection et surtout ma mère infidèle et autoritaire. J'ai retrouvé cela dans mon travail avec ma responsable. Peut-être que dans la famille il y avait un manque de relation. » Puis elle ajoute : « Tout a commencé au divorce de mes parents, ma mère a divorcé car elle était homosexuelle. J'ai commencé à avoir des difficultés pour toucher et au même moment j'ai commencé à travailler. » Puis elle banalise : « Le travail est tellement intense que la relation entre collègues est inexistante. On ne se serre même pas la main. En plus, je n'ai plus le temps de créer une relation avec les malades. Le travail est standardisé, adapté, c'est aussi mon choix. »

L’autorité de sa supérieure qui ressemble à sa mère crée une tension sur toute l’équipe. De plus, elle fait des propositions de sexualité homosexuelle à Mme F. A partir de là, une tension inextricable l’envahit dans un rapport au travail, en déception, c’est là que se durcit sa difficulté de toucher. « Avec cela, dit-elle, je suis coincée. » Nous pouvons considérer le terme « coincée » en tant que traduction d’une impasse personnelle et professionnelle, c’est là que la maladie apparaît. Maintenant, F. en fait le lien. « Aussi, dit-elle, à cause de l’homosexualité, j’ai eu une vie un peu négligée, déjà avec mes parents, puis à cause du travail. J’ai toujours eu peur de la sexualité, le toucher est la traduction de l’affection de la sexualité, alors en ne pensant qu’au travail, on ne se pose plus la question. Peut-être y a-t-il un problème de toucher affectueux ? Maintenant, je me rappelle : vers 8 ans, il y a eu avec ma mère des touchers affectueux sexualisés, enfin c’est comme au travail, il y a eu un problème de sexualité homosexuelle. » Ici F. est moins sur la défensive, et se détend. Elle parle de tristesse au travail et à la maison, à cause des attouchements de sa mère et d’une relation homosexuelle avec sa supérieure hiérarchique.

Un mois plus tard, elle s’exprime sur sa maladie, le masque défensif est tombé. Elle est plus rassurée sur la qualité relationnelle du groupe qu’elle trouve chaleureuse. Elle y retrouve une détente. Elle s’exprime sur son impasse : « Les attouchements homosexuels de ma mère et l’acte sexuel de ma supérieure hiérarchique dans une relation sexuelle homosexuelle qui recouvre celle de ma mère m’a remise dans le passé et je me suis bloquée sur le toucher. Ne plus être dans le toucher permet de se défendre passivement face à la sexualité. Avec mon métier, la situation s’est enlisée. C’est là que ma maladie apparaît. »



 

Pour lire la suite...