La symbolique de la peau et du toucher, par Sylvie Cady pour Sexualités Humaines - Page 2



Plusieurs retours…

Pour S., la peau a différentes manières d’exister : elle voit, elle respire, elle est le lieu de la souffrance, elle fait pleurer. Quand on est face à un choc émotionnel, la peau réagit en premier, on a la sensation de le ressentir dans sa peau. Car la peau est le lieu de l’émotion : on peut rougir de honte, blanchir de peur, devenir vert de rage ou livide de peur.

Pour B., la peau est sensitive, sexuelle et relationnelle : on peut toucher et être touchée. C'est un lien d’échange affectif imaginatif. La temporalité est incluse dans cette manière d’échange ainsi que l’espace : la peau vieillit et elle est une trace extérieure de l’intérieur de soi.

Pour G., la peau sexualisée ramène à soi et à son image. On peut avoir une manifestation intérieure à partir de l’extérieur. Il y a du donné à voir à paraître du donné à apparaître.

Pour N., la peau est une identité unitaire, une enveloppe symbolique, on parle de sac de peau, de peau carapace, de peau « effractible » qui ne peut pas se défendre. Pour cette personne, se sentir intégral permet de se sentir bien. C’est la globalité du corps dans une limite qui permet de se sentir bien, cette globalité est réelle et imaginaire. Pour que cette sensation puisse être harmonieuse, un arrivage au concret harmonise l’imaginaire et donne cette notion de bien-être. C’est là que les relations sexuelles sont harmonieuses. Lorsque la personne ne trouve pas sa place dans le relationnel qui ne lui donne pas son unité, les relations sexuelles peuvent être perturbées. Précisément lorsqu’on ne ressent pas sa peau comme continue, c’est que la relation n’est pas continue et les relations sexuelles peuvent en être difficiles.

Pour V., la peau renvoie à la distance relationnelle ou pas. C’est là qu’apparaissent les difficultés sexuelles. Il explique que la peau fusionnelle lui pose problème. Le fait de pouvoir mettre la peau en image lui permet de prendre de la distance, de l’instinctuel. Il explique que le toucher crée cet espace relationnel. Et lorsque la distance est harmonieuse, la sexualité est bonne et la détente apparaît.

Pour Y., toute une sublimation de la peau dans sa création artistique est une manière de prendre de la distance face à ses difficultés personnelles sur le plan de la sexualité. D’ailleurs, pour lui la peau de l’autre et la sienne ont de mauvaises odeurs. Toute la culpabilité de quitter sa mère déprimée et suicidaire est au fait de cette difficulté. De toute façon, toutes les peaux qu’il a connues ont été pour lui repoussantes. Il n’a pas encore trouvé une peau qu’il peut accepter.

Pour A., cette difficulté a un sens face à une phase œdipienne. Dans ce cas, une difficulté dans l’acte sexuel traduit un malaise alors que le sujet n’a pas accès au lien avec la situation originaire. Le Peau à Peau qui prolonge la sexualité de l’enfance vient se mettre à la place de la sexualité. Ne pas grandir, rester dans le giron familial ou régresser par peur de l’inconnu ou de ce qui est connu et qui pose problème, est la source de cette difficulté.

Pour tous les participants, la peau est symbolisée très tôt par la sexualité : dès l’enfance, à travers les zones érogènes, la peau devient source de plaisir, ce qui se répercute dans la sexualité adulte. Ils mettent en évidence des moments de leur vie dès l'enfance qui perdurent ensuite, ou certains ne ressentent pas l’émotion de la peau : il s’agit ici d’un refoulement de la représentation car celle-ci pose problème en fonction de l’histoire du sujet.