organe sexuel

DU SYMPTÔME AU SOUVENIR. Ou quand Monsieur Victor perd son désir sexuel… Revue Sexualités Humaines 13. Steven REICHENBACH

Voici un extrait de la prise en charge par EMDR d’un patient présentant une baisse du désir sexuel associée à une baisse de la rigidité lors de l’érection.
 
 
1- Déroulement des séances suivant le modèle en 8 phases de la thérapie EMDR
 
Première séance
 
Motif de la consultation et anamnèse (Phase 1 de la thérapie EMDR)
Je suivais ce patient, que nous allons appeler Monsieur Victor, de façon occasionnelle pour une symptomatologie anxieuse depuis trois ans. Il était alors dans un travail de séparation d’avec sa femme. Il vivait de façon culpabilisante ce divorce qu’il réclamait d’autant plus qu’il avait un enfant en bas âge. Il présente un style d’attachement anxieux-résistant avec une tendance à chercher une relation très proche. C’est ainsi qu’il me propose, lors d’un de mes voyages, de contacter le copain d’un copain qui pourra m’aider si je devais rencontrer des difficultés dans le pays lointain en question. Il a pu retrouver une femme aimante quelques mois après.
Lorsqu’il revient me voir deux ans après, il me dit présenter une baisse du désir sexuel et une érection moins rigide depuis un an. Sa femme accepte difficilement ces difficultés qui représentent pour elle la preuve d’un manque d’amour envers elle.
Dans ses antécédents, on note une ectopie testiculaire opérée plusieurs fois dans son enfance.
 
Conceptualisation de cas :
 
On peut poser comme hypothèse chez ce patient que son trouble du désir et sa baisse de rigidité à l’érection est multifactorielle :
- psychogène : en raison de son anxiété permanente et qui est centrée sur son sexe et sur ses capacités érectiles ;
- relationnelle : le manque de compréhension et donc de soutien de sa femme rend la résolution des difficultés plus difficile 
- organique : la cryptorchidie pour laquelle le patient a été opéré dans son enfance demande à être contrôlée au niveau urologique et endocrinien à la recherche d’une hypotestostéronémie.
 


 
Plan de traitement :
 
Nous adoptons alors le plan de traitement intégré comme souvent en sexologie en raison des nombreuses facettes constituant le symptôme :       
- recevoir le couple en consultation conjointe après le résultat de la consultation urologique pour associer sa femme à la prise en charge proposée ;
- demander un bilan urologique et hormonal ;
- travailler sur l’aspect émotionnel, c’est-à-dire sur son angoisse d’échec et de performance qui sinon crée, du moins entretient, la symptomatologie. Nous pensons ici à la thérapie EMDR, une thérapie neuro-émotionnelle qui a été développée dans les numéros précédents par le Professeur Cyril Tarquinio (« Sexualités humaines », 2011).
         Le patient accepte le principe du traitement d’autant plus facilement qu’il existe une bonne alliance thérapeutique entre nous depuis les trois années que je le suis.
 
 
Deuxième séance
 
A la deuxième entrevue (un mois plus tard) : Monsieur Victor vient accompagné de sa femme. Le bilan urologique et endocrinien a montré une hypotestostéronémie et a entraîné la prescription d’injection de testostérone.  Malgré cette supplémentation hormonale à une dose suffisante, Monsieur Victor continue de présenter un manque de désir.
         Nous expliquons à sa partenaire pourquoi ces symptômes existent (séquelles de cryptorchidie, terrain anxieux). Nous l’informons que nous allons travailler sur son anxiété en relaxation mais aussi en EMDR. Nous lui parlons d’emblée des exercices de stimulation sensorielle de Masters et Johnson (sensate focus) que le couple pourra entreprendre une fois que Monsieur Victor sera capable de contrôler ses anxiétés en intégrant les techniques de relaxation et en se libérant de certaines peurs inhérentes à sa personnalité anxieuse.
         La compagne accepte la prise en charge même si elle insiste être contrariée par tous ces problèmes.
         Monsieur Victor paraît soulagé qu’une prise en charge existe même s’il reste sceptique quant à l’efficacité de l’EMDR !
 

Pour lire la suite

SYMPTÔMES VOISINS, SYMPTÔMES COUSINS…Dyspareunie et vaginisme. Esther Hirch pour Sexualité Humaine 13

Par son regard croisé, l’auteur revient sur des fondamentaux qui seront utiles aux sexologues débutants, mettant ainsi dans une perpective très pédagogique la question délicate du « voisinage » des symptômes dans la sexualité féminine.
 
Très voisins, deux troubles seront traités ensemble à partir de l’idée du réflexe conditionné :
- de contraction involontaire des muscles péri-vaginaux lors de toute tentative de pénétration quelle qu’elle soit (le doigt, le spéculum, le pénis) dans le vaginisme ;
- de douleur pendant les rapports sexuels dans la dyspareunie, douleur tantôt superficielle, tantôt profonde, et ce même si la femme est désirante, réceptive et orgasmique…
 
L’examen gynécologique est bien accepté en général par la femme dyspareunique, avec l’espoir de découvrir la cause organique responsable de la douleur.
Par contre, cet examen est pratiquement toujours impossible chez la vaginique. En effet, dès l’approche du toucher vaginal, la femme vaginique resserre les cuisses en contractant ses adducteurs, se rejette en arrière en poussant sur les étriers de la tableau d’examen voire saute de celle-ci, réactions parfois théâtrales témoignant de sa phobie.
Lorsqu’elle parvient, malgré tout, à se dominer, l’examen permet de discerner un vaginisme superficiel d’un vaginisme profond.
Dans le vaginisme superficiel, il y a contraction des muscles bulbo-caverneux, du muscle constricteur du vagin et des muscles péri-vaginaux, empêchant tout accès au vagin.
Dans le vaginisme profond, il y a contraction du muscle releveur de l’anus, si bien que l’entrée dans le vagin est possible sur 1 centimètre.
 



1. Quelles sont les causes du vaginisme et de la dyspareunie ?
 
La plupart du temps, on retrouve plusieurs causes physiques et/ou psychiques qui se surdéterminent en rentrant dans un cercle vicieux qui enferme la femme dans son trouble.

Classiquement, le vaginisme trouve son origine dans des problèmes psychiques. La dyspareunie serait initiée par une lésion génitale, puis réactivée secondairement par des problèmes conjugaux et/ou personnels. Dans un certain nombre de cas, la dyspareunie existe sans qu’il y ait eu une lésion initiale (Tableau 1).

Dans la réalité, douleur et contraction musculaire se mêlent souvent. Par ailleurs, une cause physique n’exclut pas une mésentente conjugale ou une problématique personnelle. La douleur étant quelque chose de subjectif, il est difficile d’apprécier sa réalité organique.

On pourra dire sans se tromper que le symptôme (dyspareunie ou vaginisme) est psychique s’il n’apparaît qu’avec un seul partenaire, ou si la douleur varie ou si elle n’existe que par le pénis et non par le spéculum (attention cependant aux facteurs organiques cachés).

La douleur est physique si elle est provoquée toujours par la même palpation ou les mêmes manœuvres. Le thème de la douleur occupe donc une place importante dans le discours des femmes vaginiques ou dyspareuniques : « J’ai peur d’avoir mal… » ; « Le pénis est trop grand pour mon vagin, il va me blesser… » ; « J’ai déjà eu de la douleur lors d’une tentative de pénétration. »
 

Pour lire la suite...

La Grossesse n'est pas un conte de fées. Revue Sexualités Humaines 10. François Ramseyer

Les marques de la violence passée
Par François Ramseyer


Aimer, être aimé, avoir des enfants comptent parmi les projets les plus puissants de l’existence humaine…
C’est aussi une tâche humaine de la plus grande importance et parmi les plus difficiles, si nous voulons être dans la conscience de notre existence au lieu de nous contenter de vivre au jour le jour.

C’est une évidence lorsque les couples arrivent en consultation, le motif de consultation doit se lire sur leur visage, leur présence exige une reconnaissance immédiate. Il n’y a pas pire étonnement que lorsque le praticien demande le motif de la consultation :« Je pensais que vous le saviez ? »... En fronçant les sourcils : « Votre secrétaire ne vous a rien dit ? Je suis enceinte… »

A peine enceinte de quelques semaines, elle attend que l’on reconnaisse en elle cette nouvelle féminité à laquelle elle a droit dans son nouveau rôle social. L’interrogatoire et l’examengynécologique confirment cet état de grossesse, sans rassurer plus avant le couple qui attend invariablement de voir l’embryon à l’échographie. Après, il s’agit d’un simple accompagnement lorsque la pathologie fait défaut, ce qui est fréquent. Nous restons alors les témoins avertis d’une grossesse normale, d’un « conte de fées » pour cette femme, que cette maternité soit vue comme une confirmation de soi ou comme un achèvement.


Le milieu social ambiant est la source de certaines images de la féminité, souvent celles de la grossesse radieuse, comme les images que véhiculent les contes de fées pour les enfants qui se terminent bien : « Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants. » Nous savons tous qu’il y a des similitudes entre les contes de fées et les rêves éveillés de l’adulte : l’accomplissement de ses désirs au travers des risques, pièges multiples à déjouer. Mais aussi des différences importantes, les rêves sont le résultat de pressions intérieures sans solution ni soulagement, où l’accomplissement des désirs est déguisé.


Le conte de fées proposé au soignant par une femme enceinte projette le soulagement de tous les risques avec son aide, qui ne se contentera pas de proposer des façons de résoudre les problèmes, mais promet qu’une solution « heureuse » sera trouvée. La culture dominante veut faire comme si le côté sombre n’existait pas, normalisant, améliorant, niant ces pressions inconscientes que laissent souvent filtrer les rêves des femmes enceintes.


Pour être mère, il n’est pas que nécessaire de mettre un enfant au monde, il faut se sentir en sécurité avec soi-même, se sentir en lien avec une histoire familiale bienveillante, concevoir un enfant dans un contexte d’attente affective, dans un espoir de projet parental.


Comment est-ce possible pour les femmes qui ont subi l’inceste, qui continuent à douter… Quels contes de fées accompagnent ces femmes qui ont des rêves anxieux… Qui s’en aperçoit ?Le nombre de patientes en souffrance psychique ne diminue pas de nos consultations malgré les travaux et plans de prévention périnataux multiples... Et sans effet ? Il convient peut-être simplement d’être plus vigilant et d’avoir en tête quelques indicateurs de risque pointant ces glissements vers un mal-être parents-enfants. Les auteurs faisant état d’une recherche de diagnostic attentive lors des grossesses des femmes ne sont pas très nombreux.


L’abus sexuel, intrafamilial
L’inceste est défini comme des relations sexuelles entre personnes dont le degré de parenté interdit le mariage. Il toucherait près de 2 millions de personnes en France.
La première agression survient à un âge plus précoce que dans le cas d’une agression extra-familiale, sa durée est plus longue, avec un fort niveau de traumatisme (complexe), moins d’usage de force physique, mais plus d’injonctions fermes à ne pas révéler l’agression. Il y a un secret qui s’impose aux membres de ces familles et qui plombe la victime qui estime ne plus avoir de recours (9) (16).


L’abus sexuel intrafamilial est un événement qui se mue souvent en traumatisme complexe. Ainsi, à partir des années 1990, les recherches sur les traumatismes se développent de façon considérable et, en conséquence, celles sur les traumatismes liés aux violences sexuelles subies dans l’enfance (13) (14).
S’impose aussi la notion (20) « d’état de stress extrême non spécifié : disorder of extreme stress not otherwise specifed » (Desnos), qui induit des troubles dissociatifs et une modification profonde de l’individu victime.


Il faut s’engager dans les neurosciences pour comprendre le mécanisme dévastateur de ces troubles. Une violence à laquelle on ne peut pas échapper crée un stress extrême et une forte réponse émotionnelle qui entraîne un risque vital cardiovasculaire et neurologique par « survoltage ». Pour arrêter ce risque fonctionnel, le circuit neuronal disjoncte automatiquement grâce à la sécrétion de drogues dures sécrétées par le cerveau (endorphines à hautes doses et drogues kétamine-like).

Cette déconnexion « éteint » la réponse émotionnelle et entraîne une anesthésie psychique et physique, un état dissociatif (conscience altérée, dépersonnalisation, être spectateur de soi-même) et des troubles de la mémoire, dont une mémoire traumatique : « hypersensibilité émotionnelle », piégée, isolée par la déconnexion qui n’a pas été intégrée, prête à exploser à l’occasion de toute situation rappelant les violences, en réenclenchant la même terreur, la même détresse, les mêmes sensations, de façon incompréhensible quand on ne connaît pas ce phénomène.


La vie devient alors un terrain miné, et pour éviter de déclencher l’explosion de cette sensibilité émotionnelle, s’installent les conduites d’évitements. Lorsque celles-ci ne suffisent plus, seules des conduites « d’auto-traitement dissociantes » vont pouvoir entraîner la disjonction du circuit émotionnel en augmentant le niveau de stress, ce qui va provoquer une anesthésie affective et physique, une dissociation et calmer l’angoisse, mais va recharger la mémoire traumatique et créer une dépendance aux drogues dures sécrétées par le cerveau (18).


Les principaux signes retrouvés à l’âge adulte à un état de stress extrême non spécifié sont des difficultés relationnelles (incapacité à faire confiance aux autres, agressivité, répétition des éléments traumatiques dans les relations actuelles), des passages à l’acte hétéro agressifs et sexuels, des comportements automutilatoires, des idéations suicidaires, des prises de risque excessives, l’absence d’estime de soi, une forte culpabilité (sur des attitudes inappropriées qui auraient pu encourager l’agresseur ou auraient dû faire échouer et empêcher l'agression), de la honte, une tendance à idéaliser l’agresseur, des conduites de revictimation, des troubles somatoformes et des troubles addictifs (9). Les événements traumatiques répétés sont parfois source de troubles de la personnalité, de type états limites ou « borderline », dus à des frustrations extrêmement précoces.


La conception de l’enfant
Il ne fait plus aucun doute que la maternité peut raviver le traumatisme de l’inceste, imprégnant alors tout le maternage. On peut mettre en évidence un état de mal-être pendant la grossesse. Des peurs, des doutes, des réticences, des souffrances psychologiques qui amènent les femmes, parfois, à adopter des comportements à risques comme des troubles du comportement alimentaire, des conduites addictives ou des excès de violence, pouvant mettre en danger leur vie et celle de leur bébé (1).


Concernant l’accouchement, il s’agit surtout de répercussions psychologiques qui donnent lieu à des peurs, des angoisses, des souffrances notamment par rapport à l’accouchement par voie basse. Et puis il y a le post-partum avec des échanges perturbés entre la mère et l’enfant par la peur de risquer un abus, catalyseur libérant cette sensibilité émotionnelle exacerbée. Nous le verrons, la sexualité du couple, qui pouvait déjà avant dysfonctionner bien naturellement à cause des traumatismes vécus, peine à chercher un nouvel équilibre.


Au vu des répercussions que l’inceste pourrait avoir pendant ces périodes de la grossesse et de l’accouchement, et en analysant les témoignages de ces femmes victimes (1), il serait judicieux de pouvoir dépister ces femmes et de mettre en place une prise en charge adaptée. Le dépistage devrait être le plus précoce possible. Si ce n’est pas le cas, des troubles dépressifs peuvent apparaître et provoquer le rejet ou la maltraitance du bébé. La prise en charge doit correspondre à leur volonté, à leurs attentes, et leur apporter aide et accompagnement.

Mais pour que ce dépistage et cet accompagnement puissent être mis en place, il faudrait que les personnels de santé, qui ont en charge ces patientes pendant cette période, puissent être sensibilisés, formés ou au moins suffisamment informés sur ce sujet.
De plus, ce qui ne facilite pas le diagnostic, cette souffrance reste silencieuse la plupart du temps, car elle est vécue dans la honte, la culpabilité et la colère… dans le déni ou l’oubli.Les symptômes d’alerte… pour déjouer le déni ?


Quand l’enfant ne vient pas
Le traumatisme de l’inceste pourra peut-être empêcher la conception d’un enfant. Les troubles du comportement alimentaire jouent un rôle primordial dans la fertilité : 50 % des anorexiques et 75 % des boulimiques interrogés font état d’agressions sexuelles dont ils auraient été victimes dans leur enfance. On peut consulter le site : www.lousonna.ch/psycho/anorexie/index.html


Violences conjugales
Chez les femmes ayant vécu l’inceste, la tendance à être à nouveau victime est bien connue, on retrouve de la violence dans les couples (11). Ayant toujours été traitées en objet que l’on prétend aimer, et malgré l’hyper vigilance dont elles peuvent faire preuve, elles se retrouvent parfois tout naturellement intimes avec un homme présentant le profil de l’agresseur, ne sachant plus ou refusant de voir ce qui leur arrive, elles acceptent de souffrir comme toujours.


La femme enceinte seule
Les femmes victimes choisissent parfois inconsciemment ou volontairement (par impossibilité de faire confiance) de faire un enfant avec un homme qui ne restera pas, de faire un enfant « sans père ».« C’est à la fois une histoire d’amour entre l’enfant et sa mère, et une façon de rester en vie grâce à cette responsabilité future, et pour certaines de ne pas être sur le qui-vive chaque jour et chaque nuit, le père étant vu comme une menace » (1).


Une demande d’insémination à l’étranger, voire d’adoption lorsque notre patiente se déclare seule, associée à de la souffrance (somatique ou autre), mérite toute notre attention.Elle peut encore survenir au cours d’une sexualité anarchique avec changements fréquents de partenaires… sans protection.


Les jeunes adolescentes enceintes de moins de 15 ans
Comme si elles avaient nié leur possibilité fécondante, une façon de dénoncer l’inceste indicible, elles vont négliger leur grossesse… la relation avec leur enfant sera perturbée.
Des antécédents particuliers associés, mutilations (scarifications), prostitution, drogue-alcool, etc. (une recherche incessante de nouvelles solutions pour échapper à tout prix à la confrontation avec leur vérité) peuvent manquer.


L’IVG
Cet acte n’est jamais anodin, et le fait pour la loi de ne pas rendre indispensable la consultation préalable, afin d’éviter l’intrusion dans le choix, est une façon déguisée d’abandonner la femme dans l’élaboration de sa décision, en faisant l’économie de sa problématique, qui se joue alors sans nous. Dans le cas de la femme ayant vécu l’inceste, cette décision est souvent liée à une peur panique, où la victime se sent dans l’incapacité de devenir mère, tant elle a déjà du mal à s’occuper d’elle. Il y a plus qu’une alerte dans le fait qu’elle n’ait pas d’issue sans pouvoir comprendre vraiment pourquoi. Une demande d’IVG chez une jeune fille accompagnée de son père ou son beau-père peut évoquer l’inceste ?


La fausse couche
Nous devons nous méfier lorsque l’échographie impose dans sa brutale certitude une grossesse arrêtée. Pas rare et simple pour le soignant de faire cette découverte, mais chargée de sens pour cette femme, d’un sens qui nous échappe la plupart du temps, gênés que nous sommes de sortir « du conte de fées » habituel. Cette grossesse arrêtée, cette fausse couche, peut être vécue comme une punition… pour avoir vécu l’inceste (sa culpabilité est immense de penser, qu’enfant, elle a eu des attitudes inappropriées, soit qui auraient pu encourager l’agresseur, soit pu faire échouer l’agression, ou l’empêcher… ou avoir eu du plaisir). Il y a des mots qui peuvent accompagner cela, à entendre, et des souffrances psychiques inhabituelles (dépression), à ne pas négliger.


Le sexe de l'enfant
L’échographie de la 22e semaine est un moment à risque de grande détresse, l’avenir de l'enfant ne se joue pas qu’au niveau des images qu’il nous montre de lui, avec cette bipolarité redoutée, normalité-anomalies, mais au niveau du diagnostic tant attendu de son sexe. Il est alors utile pour le soignant de ne pas ignorer ce qui se joue autour de lui et au niveau du couple. Il y a des mots, des silences, le langage non verbal de ces visages inquiets ou « inexpressifs ». Prendre alors un temps de parole pour comprendre ce qui se passe autour du sexe de cet enfant, est bienvenu pour ces femmes. La crainte d’attendre une fille est toujours forte, le garçon rassure la femme car il sera moins en danger (1). Il y a des variantes, les sujets d’anxiété de ces femmes (… de ces hommes abusés) sont sans limite.


Le déni de grossesse
L’enfant peut être nié dans son corps, il peut être impossible d’accepter de porter un enfant dans son corps lorsqu’on a été violé dans l’enfance.L’inconcevable devient évidence lors des perceptions des mouvements de l’enfant, du 5e mois à quelques jours avant la grossesse, ou quand surviennent seulement les contractions de l’accouchement… avant il n’y avait rien de notable pour cette femme « chargée d’angoisse, dans l’anesthésie de son corps », n’ayant qu’une prise de poids faible et un ventre « effacé » par une posture adaptée inconsciente.


Le déni de grossesse peut avoir des conséquences catastrophiques : mise en danger du fœtus ou de la mère elle-même, infanticide, abandon, dépression… (11).
Nous savons prendre en charge, remarquablement, les femmes qui se présentent devant le praticien tardivement pendant la grossesse, les examens se succèdent pour rattraper le temps perdu dans la surveillance obstétricale, mais peu de chose est fait pour en comprendre la raison alors que le symptôme est parfois criant.


La peur de l’accouchement
Un constat : depuis quelques années, la désertification du paysage obstétrical atteint des régions entières où il faut faire des dizaines, voire des centaines de kilomètres dans les régions montagneuses pour aller mettre son enfant au monde, les taux d’intervention obstétricale ont atteint des chiffres vertigineux, à croire que dans les pays industrialisés les femmes ont perdu la compétence à mettre leurs enfants au monde.

Les gains en terme de périnatalogie sont plus que modestes et la France régresse même dans le classement en fonction de certains indicateurs. « Les réflexions sur le thème de la naissance raisonnée comme un fait humain, personnel et social, sont qualifiées de dangereuses et rétrogrades utopies » (19). Les médecins, sommés de répondre aux critères de rentabilité de la santé, pratiquent une obstétrique défensive, médico-légale, qui augmente encore l’activisme interventionniste.


L’accouchement est présenté, et donc vécu par les femmes comme « à risques », alors qu’il ne s’agit, pour la grande majorité de femmes, que d’un acte physiologique naturel à accompagner. Qu’en est-il des projets de « maisons de naissance » accolées aux grosses maternités d’aujourd'hui, par sécurité, où l’accompagnement par des sages-femmes sensibles à un accouchement personnalisé permettrait aux femmes de faire des choix.


Quand il s’agit de grossesses à risques, des services spécialisés entassent ces femmes dans un débordement de tâches médicales nécessaires et urgentes, sans avoir le temps pour les soignants de se préoccuper de ce qu’elles peuvent vivre, sinon la peur d’un accident que l’on cherche a éviter, ce qui est censé les rassurer !
Le « bon docteur » devient comme le héros des contes de fées racontés, cette fois aux femmes, quand se met en place la relation médicale, si cette première rencontre répond à leur attente…

Cela n’a strictement rien à voir avec ses compétences, que le patient est bien en peine de pouvoir apprécier. La base de cette relation est ailleurs, dans cette sympathie naturelle et cette implication qui entraîne confiance et sécurité, parfois elle se fonde sur une compétence reconnue et titrée, dans un centre hospitalier où l’empathie peut être devenue facultative.


La peur « panique » de l’accouchement est une phobie trop méconnue des soignants.Elle peut être primaire et précède le premier accouchement, remonte à l’adolescence, les rapports sexuels peuvent être normaux, mais la contraception est excessivement scrupuleuse, mélangeant plusieurs méthodes (signe d’appel) en raison d’une peur panique de la grossesse et de l’accouchement. Elles en parlent assez facilement lorsqu’on les interroge, mais on n’y prête que peu d’importance tant l’impression que « cela va passer avec le temps » est une évidence, pourtant fallacieuse, mais évitant le problème.


La peur panique peut être secondaire à un accouchement difficile, avec la peur de mourir, perdre son bébé, ou d’avoir vécu une douleur traumatisante, en incapacité de bouger ou se défendre, donne l’impression de revivre une violence connue. Pour avoir entendu ces mêmes femmes parler ensuite de leur accouchement difficile ou angoissant, prétendre  qu’on ne les a pas ou à peine averti du problème qui se posait pendant et parfois même quelques jours après (et c’est de plus en plus souvent vrai, par manque de temps et à cause des rotations de personnel), il faut faire un travail d’écoute.

D’humbles explications en suites de couches seront utiles pour éviter qu’elles se culpabilisent encore une fois de plus (mauvaise mère qui n’a su accoucher !). Ces peurs paniques précédent ou accompagnent un syndrome dépressif ou l’anxiété est majeure.Elles peuvent constituer un signe d’appel puissant d’antécédents de violences pendant l’enfance. Ces mêmes femmes réclament avec force une césarienne au début de leur deuxième grossesse, ce qui n’est pas sans poser un problème à l’accoucheur devant toute absence d’indication précise, s’il ne comprend rien de cette peur, encore moins de son mécanisme.


Les soins au bébé
Ils entraînent un désarroi intense, « lui donner le sein, voir son enfant nu, le laver, le toucher, changer sa couche, peut la persuader qu’il s’agit d’un acte incestueux » (1), qui peut l’entraîner par la lourdeur de la tâche qui s'impose à elle dans une dépression. La mère a honte et se cache, ne demandant pas souvent de l’aide, se considérant perverse, elle ne peut échanger, le personnel sent bien qu’il y a une difficulté mais peut être repoussé pour éviter un jugement, c’est de nouveau l’abandon d’un soutien.Entendre une demande d’aide, proposer son aide ne peut se faire que si on a en tête, « comme une obsession », la conscience que ces violences ressurgissent douloureusement avec la grossesse et l’accouchement.


En suites de couches tardives
Une hyper vigilance envers son entourage rend la femme, mais aussi l’homme abusé méfiant (les hommes ayant subi l’inceste ne sont pas rares, mais quelle place accordons-nous à l’homme lors de la grossesse de sa femme ? Comment pourrions-nous dépister et aider s’il est aussi transparent pour les soignants ?). Il faudra qu’ils puissent contrôler progressivement cette méfiance pour permettre l’autonomie de leur enfant, la tâche reste ardue et… périlleuse (16).


Alors, on pourra parler d’une sortie du déni par la grossesse.Il est d’autant plus déstabilisant quand il arrive sans prévenir durant la grossesse, pendant l’accouchement ou peu de temps après. La sortie du déni reste douloureuse, peut entraîner la dépression alors que l’on vit l’un des moments les plus heureux de notre vie. Acquérir le statut nouveau de parent fait tout « remonter », comme disent de nombreuses victimes (8) (1). Il est de ce fait difficile d’être une mère sereine.


Etre attentif, avoir connaissance de ces signes d’appels multiples quand on est praticien de la grossesse, poser des questions, interroger sur une « quelconque violence sexuelle pendant l’enfance, ne pas écarter ce diagnostic aussi simplement si la réponse est négative car le déni ou l’oubli n’est pas rare. En cas de dévoilement, pouvoir évoquer la répercussion de l’inceste sur la future parentalité de la victime serait tout bonnement lui apporter l’aide qu’elle est en droit d’attendre de nous. Quel gain de temps ce serait : pour le père, la mère mais aussi pour l’enfant à venir !Il est vital pour les soignants de « parler ».


Mais il y a alors deux réflexions paralysantes qui nous étreignent :

Il faut faire la « distinction jamais facile entre des signes d’alarme éventuels et une pathologie avérée » et on peut même vite passer« de la prévention à la maltraitance institutionnelle en étant suspicieux et peu empathique » (11).Alors comment faire sinon demander l’avis du psychologue, l’avis d’un sexologue en la matière n’étant jusqu’à présent que rarement envisagé.


En cas de troubles psychiques sévères, le recours au psychiatre et aux médicaments est nécessaire. Bien sûr, le reste du temps notre accompagnement doit s’exercer préalablement pour plusieurs raisons : l’empathie et l’implication dont nous avons fait preuve en surveillant cette grossesse nous restent utiles pour qu’il puisse y avoir un dévoilement ou une reconnaissance de la violence passée : le « bon docteur » des contes de fées gagne alors sa place.


En cas de violence connue et avouée, notre rôle est de parler de ces difficultés qui l’attendent pour commencer à déminer le terrain de la souffrance.Quand pour la première fois les victimes d’abus sexuels évoquent leurs antécédents, les adresser sans attendre au psychologue va provoquer des réactions de méfiance de leur part, elles disent se sentir abandonnées, elles pensent qu’on ne les croit pas (assimilant la proposition de psychothérapie de la part du médecin comme une vérification de l’authenticité de ce qu’elles disent). Elles peuvent enfin vouloir prendre du temps avant d’accepter le lien entre leurs symptômes et l’abus sexuel (refus de la souffrance provoquée par la réémergence de l’abus qu’elles ont passé tant d’années à essayer d’oublier).


Etre un témoin lucide permet à nos patientes d’accepter leurs émotions, comprendre leur intensité et les transformer en sentiments conscients, qui vont laisser de nouvelles traces mémorielles, préparant une thérapie. Deux questions se posent alors : le recours au sexologue, quand la plainte est faite de dysfonction sexuelle, intervient-il à n’importe laquelle des étapes de la périnatalité ? Pourquoi un soignant de la maternité, qui en a la compétence, ne serait pas capable d’évoquer avec une patiente, devant l’addition des symptômes, ses difficultés sexuelles en couple ? On peut « parler de choses compliquées avec des mots simples », lorsque l’alliance thérapeutique est engagée. Cela pourrait compléter le tableau symptomatique et il est utile de s’y attarder.


La vie sexuelle peut être normale
Le dialogue de la femme (ou de l’homme) avec son corps peut redevenir normal, malgré la violence sexuelle de l’inceste.
En tant que professionnels, nous ne voyons que ceux qui vont mal, pas ceux qui ont réussi à dépasser leur problème et qui n’ont pas besoin de nous. Lorsqu’il nous arrive d’entendre les récits de ces femmes, moralisateurs, féministes ou subjectifs, nous pouvons ne pas admettre ni la violence révoltante et encore moins la possibilité d’une récupération ou d’un bien-être sexuel.

La violence sexuelle est « spectaculaire », mais elle affecte moins que la carence affective insidieuse qui est associée à l’inceste et… elle affecte moins que la réaction négative de l’entourage qui peut survenir lors du dévoilement.
Mais malgré une vie sexuelle qui peut être normale, on assiste à des réactivations, si bien que près des deux tiers des patientes se plaignent de dysfonctions sexuelles, dues à des reviviscences du traumatisme pendant les relations sexuelles.


Quand la sexualité va mal
La sexualité est marquée par la peur et la violence, l’hyper contrôle et l’hyper vigilance rendent alors tout abandon impossible et vont jusqu’à engendrer de l’agressivité.L’agressivité à la place de l’intimité !


Les conduites à risque en sont un exemple, pour soi, avec des fugues (adolescence), une sexualité compulsive avec prise de risques sexuels, des IVG et des grossesses jeunes…Il peut aussi y avoir des risques pour les autres, des délits, agressions…


Le désir peut être ressenti comme dangereux, avec une phobie du rapport sexuel associant un manque de confiance vis-à-vis du partenaire pour ne plus risquer le scénario de l’abus.On soustrait alors le corps au désir de l’autre, soit par des habits trop larges ou informes cachant le corps, soit en perdant du poids pour obtenir un corps sans forme, ou encore en ayant un comportement agressif et non féminin. Le désir remplacé par le dégoût et sa suite, la souillure, la honte et la culpabilité, la femme ne pouvant pas aimer son corps.


La dépression, avec son engourdissement sensoriel, son comportement de fuite et d’évitement, supprime généralement le désir.L’excitation est contrariée : des zones touchées par l’agresseur sont devenues insensibles, ou au contraire des zones cibles génératrices de flashbacks. Il y a la mémoire d’odeurs insupportables, de sons, d’un goût…
Il y a aussi l’anticipation de la douleur (terrible, déjà vécue) qui bloque avec la honte la congestion et l’acceptation de la pénétration…


Le plaisir
Il peut être absent avec un corps qui souffre fréquemment de nombreuses somatisations (problèmes génitaux urinaires, douleurs pelviennes, colites spasmodiques…). Un corps qui souffre et qui ne peut éprouver de plaisir.
Et quand il y a du plaisir, il se paie avec de la douleur tant la culpabilité peut être lourde (dyspareunies, vaginites récidivantes, vulvodynies…). La douleur plonge dans l’anxiété et réactive la violence vécue.Le plaisir peut encore être angoissant, l’orgasme signifiant la perte de la maîtrise (déjà perdue) et de nouveaux dangers à venir.


Avec le partenaire
-       D’un côté, céder une fois de plus pour le plaisir de l’autre en se retrouvant dans le rôle de la victime place aussi le partenaire dans le rôle de l’agresseur sans qu’il en soit vraiment conscient. Les réactivations sont alors fréquentes.
-       De l’autre,fuir en entretenant des relations conflictuelles voire violentes avec le conjoint, en consommant des produits psychoaffectifs avant les rapports (alcool et surtout cannabis), avoir des partenaires multiples ou des préférences homosexuelles secondaires ou intermittentes.


En conclusion


 

Pour lire la suite...





 

Les jeunes et la prise de Viagra. Puissance et compétence sexuelle masculine. Sexualité aujourd'hui, par Veronique LOVENS Sexologue à Paris et à Liège

viagra«Assumer ce qui est communément appelé une relation sexuelle»
 
L’une, la compétence va souvent demander l’autre, la puissance sexuelle pour être réalisée.
Avoir une érection, pouvoir assurer une pénétration et vivre une éjaculation est ce qui est requis chez le garçon pour assumer ce qui est communément appelé une relation sexuelle. C’est ce que l’on nomme la puissance sexuelle masculine.
Dans la découverte de son organe sexuel le jeune garçon expérimente tout d’abord la présence de cette érection, puis la découverte de l’éjaculation, tout ceci se réalisant dans l’intimité de l’aventure de son corps sexué.
Lorsqu’il va être amené à une rencontre sexuelle, un élément va alors devoir être « assumé » qui est dans le chef de l’homme : la pénétration. Cette dimension requière la présence d’une érection suffisante pour assurer celle-ci.
Nous sommes devant une « expérience », expérience tant physique, que narcissique, qu’émotionnelle. Dès lors il n’est pas rare de voir poindre des craintes. Crainte de ne pas se voir à la hauteur de ce qui est attendu, crainte de sa propre image d’homme,…
 
 
« 1ères relations sexuelles, un rite de passage... »
 
 
Souvent chez les ados, le premier acte sexuel est vécu comme un « rite de passage ». Passage vers le monde des adultes. Cela aura donc des conséquences sur l’individu lorsque cette relation sexuelle ne sait pas se réaliser comme attendu.
Ce qui va amener certains à demander ou à rechercher à se procurer ces petites pilules bleues qui vont agir comme une « assurance » à cette performance.
 
Une fois les premiers ébats passés, la pression sur sa capacité à être puissant sexuellement est moins forte car expérimentée. Ce paramètre va donner plus d’espace à notre jeune premier pour trouver spontanément la confiance dans ses propres moyens. Cependant alors que la prescription de ce style de médicament peut parfois aider à dépasser l’angoisse de 1ère fois il ne faudrait pas que s’installe une dépendance par rapport à cette molécule. Dans ce scénario cela demandera alors à être accompagné.
 
 
«Une fois le stress des 1ères fois passé, la voie vers le développement des compétences sexuelles est ouverte»
 
 
Souvent passé le stress des 1 ères fois, si une relation émotionnelle et de tendresse s’est installée entre le jeune homme et sa ou son partenaire, la crainte par rapport aux performances diminue et ouvre la voie vers le développement de compétences sexuelles. Celles-ci sous entendent les qualités érotiques du jeune homme envers sa/son partenaire. Sa capacité à s’harmoniser avec l’autre, à aller à la découverte tant de ses propres sensations ressenties que données, de s’y laisser aller, de s’y abandonner. On retrouvera également cette capacité à donner sa confiance à l’autre qui permettra d’être mené, d’être emmené.
 
Nous passons d’un doute sur ses propres capacités physiques dans un premier temps à un doute de confiance. Confiance à se laisser aller, à lâcher prise, à suivre ses propres sensations, confiance encore accordée à l’autre. Dans ce cas-ci le viagra n’aura aucune action.
 
Le viagra aidera l’individu à obtenir une qualité érectile qui va le conforter dans la confiance de ses capacités physiques et par voie de conséquence dans son estime de soi. Ceci permettant à sa puissance masculine de s’exprimer et de se vivre. Ceci étant la voie de la compétence sexuelle est alors accessible à l’exploration.
A priori le recours à cette prescription ne doit pas être systématiquement refusée mais demande à être évaluée au cas par cas et peut aider certains jeunes à dédramatiser voire dépasser les pressions et ses conséquences néfastes sur les premières fois.
 
 
Véronique LOVENS, Maître-Assistant, Sexologue Clinicienne à Parisveronique lovens sexologue paris

www.sexologue-sexotherapeute.com