Forum Internet sur la sexualité : un préalable à la consultation de sexologie ?

La Page de la sage-femme

Par Lenaig Serazin-Orsini

Lors de leur première venue en consultation de sexologie, les femmes ont souvent la phrase suivante : « Je ne savais pas si c’était normal alors j’ai regardé sur Internet et posé des questions sur les forums et je me suis rendu compte que je n’étais pas la seule à avoir ce problème… »
 
La répétition de cette entrée en matière par les patientes amène à se poser quelques questions.
Pourquoi les patientes exposent-elles leurs interrogations en matière de sexualité en première intention sur les forums ? Qu’est-ce que cette justification lors de leur première consultation signifie-t-elle ? Comment accueillir cette première démarche ?
 
Forum est un mot dérivé du latin foris signifiant lieu extérieur. Dans l’Antiquité, le forum désigne la place publique, la place du marché, un lieu d’échanges. Aujourd’hui un forum en informatique désigne un espace virtuel de discussion publique. La participation au forum suppose de respecter une charte de conditions d’usage et un modérateur veille au bon respect de ces règles. Un forum permet un échange par communication asynchrone, contrairement aux « chat » qui désignent des discussions en instantané.
 
Ainsi sur les forums, on peut penser que les femmes recherchent un échange sur un sujet qu’elles auront mis sur la place publique, pour une communauté virtuelle.
Ce public partage en effet l’acceptation de la charte, le thème de discussion (en l’occurrence la sexualité) et la même préoccupation (le sujet abordé dans le message laissé sur le forum).
L’anonymat ou l’identification par un pseudo sur le forum permet un échange dématérialisé libéré des préoccupations de représentation sociale. Poser anonymement une question sur la sexualité sur un forum ne va pas ébranler les liens sociaux déjà construits.
 
Sur les forums, les femmes enceintes osent poser certaines questions qu’elles ne s’aventureraient pas à poser lors des consultations de grossesse. Effectivement dans ce contexte « sérieux » de suivi de grossesse, peu de femmes évoquent spontanément leurs interrogations en matière de sexualité (libido et grossesse, rêves érotiques, rapports sexuels pendant la grossesse, troubles sexuels…). La méta-analyse de K. Von Sydow sur la sexualité pendant la grossesse et après la naissance révèle que 68 % des jeunes femmes ne se souviennent pas d’avoir parlé de sexualité durant leur grossesse avec leur gynécologue obstétricien.

Pour lire la suite